Google a vivement réagi a un article de l’agence Associated Press remettant en cause la sécurité de ses Google cars. Selon celui-ci, sur les 23 SUV de la marque Lexus qu’elle a équipé, quatre ont connu des accidents à la fin 2014.

Les capteurs lasers, radars, caméras et autres éléments électronique embarqués ne seraient-ils pas entièrement fiables ?

La firme reconnaît 11 accidents pour les 23 voitures depuis 2009. Si ce taux d’accidents est deux fois supérieur à la moyenne américaine, les responsables de Google insistent sur leur faible gravité, sur les 2,8 millions de kilomètres effectués. « Quand vous êtes tout le temps sur la route, le risque que vous ayez un accident augmente forcément » , argumente un des responsables. Il y a d’autre part obligation pour Google de déclarer tout accrochage, même minime, ce que les particuliers évitent parfois pour ne pas voir augmenter leur système d’assurance.

Les responsables de Google exemptent les systèmes embarqués de tout reproche

Ils attribuent les accidents à des causes humaines, la plupart du temps des inattentions. La grande majorité des accidents auraient eu lieu en parcours urbain, et lorsque que les automobiles n’étaient pas sous le système embarqué mais en mode de conduite normal, c’est à dire totalement entre les mains du conducteur. Et circulaient à moins de 16 km/h. Les chocs par l’arrière par d’autres véhicules, souvent au feu rouge, constitueraient par ailleurs une part notable des statistiques.

Enfin Google assure que tous les incidents, si mineurs soient-ils, ont conduit à des améliorations de l’équipement de sécurité des voitures, ce qui est bien sûr le but de toute expérimentation.