“Au volant, je passe en mode auto.”

Si l’inattention a toujours été la cause première des accidents de voitures, elle a été considérablement favorisée par l’usage du téléphone. “Look, don’t like !” (“Ne like pas, regarde plutôt devant toi !”), tel était le message simple et direct sur les affiches de prévention routière, destinées aux piétons de New-York en 2012. Mais d’un côté comme de l’autre de l’Atlantique, le fléau du mobile sévit plus que jamais sur nos routes.

Exit l’oreillette et le kit main libre

L’usage du téléphone en voiture est à l’origine d’un accident sur dix en France. Dans un récent baromètre d’Axa prévention, 34% des personnes interrogées avouaient utiliser leur téléphone au volant. Face à ce constat et à des chiffres qui stagnent, le gouvernement français a décidé de taper du poing sur la table. Depuis le 1 juillet 2015, l’usage des oreillettes et du kit main libre est désormais strictement interdit pendant la conduite.

Pour vous aider à respecter cette nouvelle législation, la Sécurité routière s’invite même dans votre portable avec l’application “Mode conduite”. Pareille au “mode avion”, dès son activation votre mobile se met en veille lorsque vous conduisez. Elle se charge aussi de répondre pour vous à tout appel ou SMS réceptionné, par un message d’indisponibilité. Accompagné de ce secrétaire particulier à bord, vous n’avez plus à vous soucier d’autre chose que de la route… Et de votre sécurité ! Pour les intéressés, une version Android de “Mode conduite” est déjà disponible en téléchargement gratuit, sur le site de la Sécurité routière.

Téléphone et conduite : les idées reçues

Parler à mon passager ou téléphoner : du pareil au même ?

Les inconditionnels du téléphone en voiture ont souvent leurs arguments. Mais pour des raisons évidentes, ils sont loin d’être valables. Parmi les idées fausses : téléphoner en conduisant n’est pas plus dangereux que discuter avec son passager. En réalité, votre interlocuteur téléphonique ne voyant pas le danger arriver sur votre route, il ne s’arrêtera pas de parler si nécessaire. Un passager peut, au contraire, s’interrompre et vous en avertir de vive voix.

Téléphoner dans la rue : moins risqué à pied qu’au volant ?

De nombreux piétons se défendent souvent de téléphoner en traversant la rue, pensant qu’ils ne peuvent pas causer des dommages. Ils ont malheureusement raison : les dommages sont pour eux dans la majorité des cas. Un piéton étant plus vulnérable qu’un conducteur, il prend de graves risques s’il traverse sans regarder, plongé dans l’écriture d’un SMS.

Ecrire ou conduire, il faut choisir ! C’est le mot d’ordre de la sécurité routière canadienne, dans cette vidéo devenue virale.