Les services de jeu en ligne puissants tels que le xCloud de Microsoft et le Stadia de Google ont le potentiel de révolutionner l’industrie. Les deux services ont promis un avenir où les joueurs pourront accéder aux titres AAA de manière transparente, sans temps de téléchargement ni matériel coûteux.

Mais leur ascension peut également semer le trouble dans l’un des genres de jeu les plus appréciés. Le prix de Stadia ou de xCloud reste inconnu, mais sur la base des plateformes de jeu en cloud actuellement disponibles, ils opteront probablement pour un abonnement mensuel. Les dirigeants et partenaires de Google ont suggéré que Stadia propose un tarif horaire destiné aux joueurs occasionnels.

Un changement majeur

Dans ce nouveau paysage de jeu, les éditeurs et les développeurs seraient obligés de se concentrer sur la monétisation après-vente pour générer un profit. De nombreux créateurs de jeux se tourneront probablement vers les micro-transactions et les extensions pour tenter de compenser l’argent qu’ils auraient gagné en vendant leur jeu.

Voici la présentation du service de jeu de Google :

Cela signifie que, même si la technologie permettant de créer des mondes virtuels plus immersifs et plus vastes s’épanouit, le jeu en cloud pourrait inciter les éditeurs à se concentrer davantage sur des concepts plus faciles à monétiser.

Rentabiliser les jeux en cloud

Les jeux les plus rentables en ce moment sont gratuits. Grâce aux correctifs, aux ajouts continus et contenu et à la monétisation dans le jeu, les développeurs risquent moins de s’effondrer sous la pression du marché s’ils ne peuvent pas facturer 60 dollars par titre.

En même temps, cela met en danger les expériences à un seul joueur à grande échelle, car celles-ci sont beaucoup plus difficiles à monétiser après le lancement que les titres multijoueurs. Le marché mondial des jeux en cloud devrait atteindre 6,9 milliards de dollars d’ici 2026.